06 74 83 85 07
contact@declic-reussite.fr

#4 Portrait de la semaine : Marilyn Trebuquet

Cette semaine, découvrons le virage à 360 degrés de Marilyn Trebuquet qui,
après avoir travaillé plus de 20 ans dans la comptabilité, la paie et les RH tant en cabinet qu’en entreprises, décide de prendre le virage de la reconversion pour devenir naturopathe en cabinet libéral comme en entreprise.

☑️ Marilyn, peux-tu nous parler de ton ancien métier ?
En résumé, j’ai débuté en qualité d’apprentie comptable en alternance à 19 ans dans un groupe de 5 sociétés dans lesquelles j’étais chargée de la saisie de toutes les comptabilités et de l’établissement des paies et des charges sociales, pour une centaine de salariés.
Le responsable administratif de l’époque et sa femme, mes mentors, issus de cabinet d’expertise comptable, m’ont formée à la rigueur et à la technicité de ces métiers, en parallèle de mes études.
Plus tard, je les ai suivis dans un cabinet d’expertise comptable et de commissariat aux comptes en poursuivant mes études et formations auprès des divers collaborateurs.
J’ai ensuite abandonné le service comptabilité pour rejoindre le service social / droit du travail par appétence pour ce métier-là.

J’ai continué mes études mais cette fois à la Fac de droit pour un DESS « Droit des relations du travail » afin de conseiller au mieux mes clients et accéder au poste de responsable du service social du cabinet.
Pour finir, j’ai décidé de poursuivre mon expérience professionnelle dans une TPE en qualité de Responsable administratif puis une fois satisfaite de mon intervention, j’ai réduit mon temps de travail pour occuper un second mi-temps en qualité de Responsable des Ressources humaines dans une association.

☑️ Pourquoi avoir changé de métier ?
J’ai décidé de changer de métier parce que malgré mon aptitude à gérer (à priori) le stress, la pression, les postes à responsabilités, les dates d’échéances, les doubles journées à cause de mes études en parallèle, de mes fonctions, de mon job de maman, du manque de vacances, d’un divorce, …je me rendais bien compte que l’épuisement chronique se mettait en place.

Je devais être à l’époque en « burn- in » constant et le « burn- out » pointait son nez.
Et puis qu’elle était le but de tout ça, hormis que l’Entreprise fonctionne !
Est-ce que ma vie allait se résumer à des journées interminables avec un pression permanente, un retard que l’on ne rattrape jamais tellement la tache est rude, assise 10 ou 12 heures devant un écran, entre 4 murs éclairés par des néons !

La vie passait à côté de moi sans que j’y prenne réellement part !

Ça ne me faisait pas rêver ! Je ne regrette pas toutes ces années qui m’ont enseignées, formées, forgées et durant lesquelles j’ai toujours pris plaisir à conseiller et accompagner tous mes clients et/ou chef d’entreprises mais il me manquait quelque chose.
Il me manquait le contact humain, avec la nature, prendre la lumière, respirer, respecter mon propre rythme, vivre chaque saison, vivre mes envies, répondre à mes besoins, prendre du temps pour moi et les miens…
Je devais donc me respecter en faisant ce qui me semblait plus juste pour moi.

J’ai toujours été thérapeute en réalité, j’ai toujours été naturopathe, avec des idées différentes, de l’hypersensibilité, un regard différent, l’envie d’aider et d’écouter les autres, une alimentation et une manière de me soigner différentes…
J’ai toujours été respectueuse des êtres, de la vie, de notre planète et je suis toujours horrifiée par toutes les injustices et toutes les violences !
C’est après un travail d’introspection, après la peur et les doutes, que la naturopathie est apparue comme si elle se cachait en moi depuis toujours.
Cette discipline était toute recommandée car elle rassemblait à elle seule tout ce qui était important pour moi.

Ouvrir mon propre cabinet m’a comblée !

Je remercie la vie pour toutes les épreuves qu’elle m’a envoyée qui m’ont faite grandir et arpenter le chemin, ainsi que toutes les personnes qui l’ont croisé sans qui je ne serais pas aussi sereine qu’aujourd’hui.
Pour finir, je rajouterais qu’en travaillant dans les ressources humaines, j’étais aussi confrontée à la souffrance au travail et je me sentais impuissante, sans solution ou outils à proposer.
A cette époque, la souffrance au travail n’est pas autant prise en considération qu’aujourd’hui où bon nombre d’entreprises mettent un point d’honneur à améliorer toujours plus la qualité de vie au travail.
C’est ainsi que j’ai décidé d’allier mes anciennes compétences RH avec le bien être au travail par la naturopathie en proposant des ateliers.

L’accompagnement individuel en cabinet et collectif en entreprise me procure joie et énergie.
Je suis plus en forme après une journée de consultations ou d’ateliers que lorsque je la débute !

☑️ Quelle formation as-tu suivie ?
En compta : Ces diplômes n’existent même plus 😊
. CAP/BEP/BAC/ BTS COMPTABILITE ET GESTION
. DPECF / DECF : DIPLOME D’ETUDES COMPTABLE ET FINANCIERE
En droit du travail :
. DESS Droit des relations du travail
En Naturo :
. Titre d’état RNCP : Conseiller en naturopathie : premier diplôme reconnu en France.
. HEILPRAKTIKER France / Formation des « naturopathe Allemands »
. DU Chronobiologie alimentaire et NUTRACEUTIQUES

☑️ Quels projets pour demain ?
. Nouvelle formation : DU psychologie et trouble du comportement alimentaire
. Développer les ateliers en entreprises
. Proposer plus de conférences

Lire aussi >> Quels sont les secteurs qui recruteront le plus en 2020 ?

☑️ Quels conseils donnerais-tu à ceux qui voudrait se reconvertir ?
1. Prendre son temps et faire une vraie pause pour que le projet apparaisse comme une révélation
2. Ne pas avoir peur car elle paralyse !
3. Oser demander de l’aide.
4. Douter…mais pas trop 😊
5. Prendre des risques bien sûr !
6 . Choisir et ne pas subir !

💬 Mon avis de coach 💬
Trouver du sens dans son travail est l’une des raisons principales qui motivent les actifs à faire une reconversion professionnelle.
Pour plus de la moitié, la recherche d’une activité plus en phase avec leurs valeurs personnelles est une raison qui les a motivés à changer de situation.
Si 45 % se disent épanouis, un quart d’entre eux déclarent avoir un meilleur équilibre vie pro/vie perso.
Parce qu’une reconversion n’est pas toujours sans embûches, la crainte de l’avenir est également une difficulté non négligeable, puisque 31 % d’entre eux disent éprouver des incertitudes quant au futur.
Qu’elle ait été facile ou difficile, qu’elle se soit bien ou mal passée, la reconversion est une expérience dont il faut tirer le meilleur pour soi-même !

Merci Marilyn d’avoir partagé avec nous les motivations et les étapes de ta reconversion !

Si comme Marilyn vous souhaitez être accompagné pour votre reconversion, rencontrons-nous !